Alma « Rising Star » de la fintech selon IDInvest

Alma figure parmi les « rising stars » européennes de la fintech

Alma est qualifiée de « rising star » de la fintech aux côtés de Swile et de Lydia. La société française de capital-risque Idinvest a compilé des données sur l’écosystème de la tech européenne. Cette étude est reprise par Techcrunch.

Voici une traduction de l’article d’ID Invest : au cours des cinq dernières années, les investissements en capital-risque en Europe et dans le secteur financier sont passés de 663 millions d’euros en 2014 à 4,7 milliards d’euros en 2019 (+48 % de taux de croissance annuel moyen contre +29 % pour les investissements fintech mondiaux). Il s’agit du plus grand segment de consommateurs soutenu par le capital-risque en Europe et 26 % de tous les investissements de capital-risque dans le secteur des hautes technologies ont été réalisés en Europe (contre 16 % en moyenne pour toutes les catégories).

les technologies appliquées à la finance (la fintech) ont commencé à se généraliser. Le nombre de produits et de solutions a rapidement augmenté grâce à l’impulsion de la révolution bancaire et aux connecteurs API tels que PlaidTink et Truelayer.

Les Neobanks (Revolut, N26 et Monzo), ainsi que les startups PFM (gestion des finances personnelles) (LydiaCleoBankin‘, Finanzguru) positionnent leurs applications comme des guichets uniques pour tous vos besoins financiers : paiement de vos dépenses quotidiennes, achat d’actions ou de crypto, souscription d’assurance, etc. Ces acteurs visent à entretenir une relation quotidienne avec les utilisateurs avec comme vision à long terme le fait de remplacer les banques traditionnelles. Ils deviennent le couteau suisse des outils financiers.

D’autres acteurs s’attaquent à un seul secteur ou à une seule verticale et développent une expérience consommateur exceptionnelle avec une proposition de valeur plus convaincante et des prix plus bas. Voici quelques-unes des tendances qui ont retenu notre attention :

    Les applications de trading (TradeRepublicFreetrade et Bux en Europe, Robinhood aux États-Unis) démocratisent l’achat/vente des actions et le suivi des indices, en particulier pour les millenials.

    De nouvelles solutions de prêts et de financement apparaissent et apportent l’indépendance financière aux classes moyennes et infra grâce à des solutions digitales de paiement en plusieurs fois à faible coût (Klarna ou Alma) ou à des sociétés de crédit à la consommation (Credit Kudos).
    Les anciens acteurs sont disruptés par les startups telles que Swile (solution numérique pour remplacer les tickets restaurantspapier) ou Taxfix (qui permet aux gens de déclarer leurs impôts beaucoup plus facilement).

    Les produits Fintech sont destinés à des publics très ciblés : les adolescents (KardPixpay), les indépendants (PortifyWollitSteady Pay).

    Les GAFA et les entreprises de logiciels digitales deviennent des fintech. Alors que le B2C fintech sature et que les coûts d’acquisition augmentent, nous nous attendons à voir encore plus de sociétés technologiques offrir des services financiers à leurs clients ou employés (Uber a déjà lancé Uber Money, Amazon suivra probablement, ainsi que Facebook et Libra).

rédigé par l'excellent

Benoit Renard

Benoit Renard

Head of Marketing

Vous avez aimé ce post ?

Abonnez vous à notre newsletter.

Rejoignez le mouvement

Plusieurs milliers de commerçants utilisent déjà Alma.

Contactez-nous et augmentez vos ventes.

Demander une démo